25 juin 2015

[Livres] Mademoiselle S. : lettres d'amour 1928-1930 de Anonyme


Je remercie Babelio et les éditions Gallimard/Versilio pour m'avoir permisse de découvrir ce roman épistolaire.

Quatrième de couverture : Cette correspondance érotique des années 1920, découverte par hasard par Jean-Yves Berthault, ancien ambassadeur, dévoile la folle passion d'une femme pour son jeune amant. Un trésor épistolaire écrit dans une langue recherchée, souvent crue et d'une grande modernité.
L'audace des mots, la transgression s'imposent en même temps que celles des gestes, et si Mademoiselle S. nous fait partager ses fantasmes les plus fous, elle nous révèle avant tout une magnifique et tragique histoire d'amour.


Ma note : 2/5.

Mon avis : Simone couche son expérience, ses besoins, ses rêves ainsi que son amour pour son amant Charles dans des lettres érotiques qui lui sont adressées.

Ce roman épistolaire que nous offre Jean-Yves Berthault, ancien ambassadeur du Bruneï, qui a découvert les lettres dans une cave. Les lettres commencent doucement dans un ton érotique et brutal. Son amant préfère la sodomiser et la battre. On peut se rapprocher du genre Dominant et Soumise dans certains missives. Puis, au fur et à mesure, Simone expose d'une manière crue presque irréelle sa possession avec Charles.

Charles est un homme marié. Simone tente de satisfaire les besoins de Charles qu'il ne peut trouver avec sa femme. Simone révèle à chacune de ses lettres sa passion qui est à l'entière disposition de Charles. On découvre rapidement les penchants sexuels de Charles pour les hommes. Simone dévoile, sans cesse, ce qu'elle aime et a aimé.
Mais est-ce que tout ce qu'elle écrit est vrai ?
Jean-Yves Berthault avoue lui-même le doute qu'il a ressenti dans les dernières lettres de Simone pour son amant. Je pense que Simone pimentait ses lettres pour satisfaire Charles, pour ne pas qu'il l'oublie, ainsi que ses besoins.

Progressivement, j'ai été un peu lasse des lettres, des mots qu'emploient Simone et de la tournure de leur relation. Sachant que l'époque ne portait pas trop sur les mœurs légères, Simone ne traite que de sa romance mais aussi de ses doutes sur Charles. Elle a mis un malin plaisir à avouer ses disconvenances pour mieux avilir Charles dans sa tourmente sexuelle.

Malheureusement pour moi, j'ai trouvé les lettres trop répétitives. Le besoin de Simone grandit dangereusement qu'il m'a été difficile, parfois, de trouver une once d'amour ou de romantisme. Puis, je vous avoue que j'ai eu l'impression de lire une fiction qui n'a que seul attrait la fusion des corps pour le plaisir de l'un ou de l'autre ou même de mettre des pulsions pour blesser. Peut-être qu'un écrivain aurait pu utiliser les lettres pour une histoire. Je pense que j'aurai apprécié les lettres et cassé justement la monotonie des lettres tout en nous les dévoilant.

"Mademoiselle S." m'a permis de découvrir les mœurs de la période des années 1920 mais les lettres dans lesquelles Simone se déverse me laissent quelques peu pantoise. Les lettres se ressemblent vraiment trop malgré l'évolution du couple.

Citation :
"Je veux être plus que jamais "ta salope chérie" pour que tu jouisses bien entre mes bras. Et tu seras bien cochon pour tenir tête à ta maîtresse, n'est-ce pas, cher amour ?"

Un peu plus :
Genre : érotisme.
Pages : 256.
Edition : Gallimard/Versilio.
Prix : 19€00.
Année : 2015.
Lu pour :


Source : livraddict.

2 commentaires:

  1. Ton blog est juste génial j'adore sa mise en forme !! :)
    Sinon en ce qui concerne Mademoiselle S, je n'ai pas du tout apprécié cette lecture dont je garde un très mauvais souvenir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :)
      C'est un genre qui aurai du être mieux travaillé !

      Supprimer