15 mai 2015

[Livres] Une cicatrice dans la tête de Valérie Pineau-Valencienne


Quatrième de couverture : Depuis l'âge de huit ans, Valérie souffre d'étranges "malaises" qui la font basculer dans un monde sans repères. Son cœur, et surtout son cerveau, ne lui obéissent plus. Les médecins se succèdent, les traitements changent, hélas les rechutes sont nombreuses. C'est à dix-sept ans qu'elle apprend le nom de sa maladie : l'épilepsie. Pour Valérie, le combat sera difficile, mais elle possède une soif de vivre inaltérable. Une leçon de courage, un roman pour la vie contre un mal encore trop souvent méconnu.


Note : 3/5.

Mon avis : Valérie a huit ans quand on lui décèle sa maladie. A dix-sept ans, elle entend pour la première fois le nom de sa maladie, l'épilepsie. Elle va nous raconter sa maladie et ses ressentis vis-à-vis d'une maladie qui a été longtemps mal diagnostiquée.

Je n'ai pas été conquise par cette autobiographie. Le sujet est assez délicat et en parler doit être quelque chose de dur. L'auteure nous partage sa solitude de la maladie ainsi que la spirale de sa vie d'enfant, d'adolescente et d'adulte. J'ai été partagé par son regard sur le monde et mal à l'aise à ses ressentis.

Ses inquiétudes de mourir sont saisissables mais tout le monde a cette peur qui n'est pas nouvelle. Espérer une vie normale, c'est ce que recherche Valérie mais elle le comprend trop tardivement grâce à un médecin qui lui parle tel quel de la maladie, aussi cash que possible.

Elle se livre sans concession sur les médicaments qui l'ont rendus comme une larve, ses amours, ses études, à chaque nouvelle sur l'épilepsie, ses interrogations, sa confiance, ses rêves, sa guérison et ses enfants. Pour finir par un bilan, l'acceptation.

Plus de la moitié des chapitres est consacrée à son histoire pour son médecin. Du coup, n'étant pas médecin, je n'ai pas pu en voir le sens ou la signification à part le besoin de liberté et de vivre normalement. J'ai été tiraillé par son comportement. Je l'ai mal comprise. Je n'ai peut-être pas compris son message de mal-être et d'être normale car on n'est tous égaux même dans la maladie. On n'est normal seulement quand on accepte ce qu'il nous arrive sans se trouver de prétexte. Valérie a vécu un enfer quand elle était jeune et même avec son mal-être, elle avance, la tête haute.

Le bémol du livre, pour ma part, c'est qu'il ne m'a pas transporté pour mieux comprendre la maladie ou peut-être que l'écriture de l'auteure ne m'a pas emballé.

"Une cicatrice dans la tête" est une belle histoire de vie contre la maladie mais elle oscille trop sur des besoins qu'elle a acquis depuis longtemps.

Citation
"Tu as eu ta crise ? Bien fait. La joie se monnaie. Trouver une raison à l'inexplicable, trouver une raison à l'angoisse qui m'étreint le cœur, trouver une raison à la disparition de l'identité. De quoi souffres-tu ? D'une malédiction, tribut à payer pour grandir au sein d'une famille heureuse."

"L'ennemi est pervers, l'ennemi est puissant, l'ennemi possède un impact morbide indéniable, il se cache à l'intérieur de mon crâne. Il fait partie de moi."

Un peu plus :
Genres : autobiographie, témoignage.
Pages : 222.
Edition : Pocket.
Prix : 9€18.
Année : 2003.

Source : livraddict.

2 commentaires:

  1. Le sujet du livre est difficile mais profond, dommage qu'il ne soit pas exploité au maximum de ses capacités!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement et je trouve ça dommage !

      Supprimer